La région Ile de France recrute pour Erevan

Pour accompagner le développement économique de son territoire, la Ville d’Erevan souhaite redéfinir les modes de gestion de ses services urbains au profit d’une vision plus stratégique. La Municipalité d’Erevan engage une coopération décentralisée avec la Région Ile-de-France dans les domaines de l’urbanisme, de la mobilité et des déchets solides. Pour chacun des trois secteurs, l’objectif du projet est de doter la Mairie d’Erevan de nouveaux outils de planification, favorisant une gestion intégrée des services urbains. Cette coopération est conduite par l’Institut Paris Region.

E-stages en Arménie en temps de pandémie

Vous avez reçu dernièrement le témoignage de deux stagiaires de l’IUT de Cergy dont le département métiers de l’internet et multimédias est installé dans la ville de Sarcelles. 
Vous vous êtes peut être demandés d’où venait ce projet original et innovant, et cet article a pour objectif de vous éclairer sur ces questions. 

Depuis 2010 la ville de Sarcelles soutient le G2iA pour la mise en oeuvre de projets d’accueil et échanges de stagiaires d’universités entre la ville et l’Arménie. Après une période dans le sens Arménie vers la France, devant le questionnement de certains  élus locaux, l’association a proposé en 2019 d’offrir des opportunités de stages à des étudiants de l’antenne de l’IUT à Sarcelles, spécialisée dans les métiers numériques.

Après des échanges avec Mme Cenat, cheffe du département multimédia, très intéressée par l’opportunité offerte à des étudiants de faire des stages à l’international, durant l’été 2019, Kelly Darabor et ismail Imounane se sont montrés particulièrement motivés par cette expérience, dans un pays qu’ils ne connaissaient pas. 
Durant l’automne 2019, tout a été fait avec des entreprises en Arménie pour trouver les stages, conditions de logements, visas et autres préparatifs , et en février ces efforts paraissaient réduits  à néant avec la période de confinement que vous connaissez. 

Qu’à cela ne tienne, devant la motivation toujours intacte, voire décuplée de la part des deux stagiaires, Philippe Poux, fondateur de Startdoon en Arménie et président du G2iA, a activé ses réseaux afin de pouvoir faire malgré tout, ces stages à distance avec des outils de télétravail que tout le monde a appris à découvrir ou à maîtriser durant ces deux mois passés. 
Aujourd’hui, à mi-période de stage, les stagiaires ont fait part de leur satisfaction sur la qualité et la richesse du travail qu’ils ont à produire vis à vis de leurs employeurs Cybermantis et e-Hayt Research Foundation. 

Nous aurons l’occasion de revenir sur la conclusion de leur expérience bientôt, ainsi que le témoignage des entreprises du  secteur du multimédia en Arménie  sur l’apport de ces deux stagiaires, dans le cadre d’une expérience totalement innovante. 

Une fois de plus le G2iA  a fait preuve d’une belle capacité d’adaptation et d’innovation dans le domaine des échanges entre la France et l’Arménie. 
Nous devrions dire, entre Sarcelles et l’Arménie, dans la mesure ou ce projet ne pourrait pas avoir lieu sans le soutien de la mairie et du conseil municipal depuis 2010.

En juin était prévu une conférence sur les métiers du numérique dans les locaux de l’université à Sarcelles, avec des témoignages de chefs d’entreprises et décideurs, membres du G2iA. Si cette date semble prématurée compte tenu du contexte de dé-confinement et des priorités à gérer, la rentrée sera l’occasion de reprendre le cours normal de l’investissement de l’association dans l’écosystème de Sarcelles et de Val de France. 
Mais une chose est sûre, fin juin, nous aurons l’occasion de vous faire un bilan global de cette expérience à distance avec, qui sait, des opportunités de missions complémentaires de ces stagiaires valeureux en Arménie.

Initiative pour la Paix

Armenia Peace Initiative est une initiative prometteuse en préparation et nous aurons l’occasion d’en parler à nouveau, notamment autour d’une conférence.

Le fonds a pour objet de concevoir, initier, mettre en œuvre, ou soutenir toute action humanitaire, d’enseignement, éducative ou d’insertion sociale à destination des populations les plus vulnérables vivant dans des régions du monde en proie à des conflits armés et plus particulièrement dans la région du Caucase du Sud, avec pour objectif de favoriser et/ou renforcer l’instauration d’une paix durable et démocratique.

Télé-stage … en temps de pandémie, suite

Bonjour je m’appelle Ismail IMOUNANE je suis étudiant en multimédia et je pense être l’une des seules à avoir fait un stage à l’étranger en télétravail (e-stage). J’ai eu la chance de rencontrer Mr Sasun étant secrétaire général de l’association G2IA qui m’a parlé de la possibilité d’effectuer un stage à l’étranger et plus précisément en Arménie. L’idée de faire son stage dans un environnement différent d’un stage traditionnel m’a paru être une opportunité et un moyen de sortir de ma zone de confort.

Cependant la crise sanitaire que nous subissons a changée quelque peu nos plans au dernier moment. Grâce à l’aide apportée par Mr Sasun SAUGY ainsi qu’avec la collaboration de Mr Philippe POUX président de l’association G2IA, j’ai pu effectuer mon stage auprès de l’incubateur Startdoon. Startdoon est en collaboration avec la fondation R&D e-Hayt sur le premier projet au monde ayant pour but de déployer nouvelle architecture réseaux qui s’appelle “RINA”.

Ma principale mission était d’aider RINArmenia dans sa communication dynamique grâce à mes connaissances du web ainsi que mes compétences techniques. J’ai jusqu’à maintenant travaillé sur la refonte du site internet de RINArmenia, la création d’une vidéo motion dans le but de de créer une communication dynamique sur la compréhension d’une nouvelle technologie ainsi qu’à la recherche et la création d’un MOOC.

Stage en temps de pandémie

Après bien des péripéties, l’association a réussi à proposer à 2 étudiants de l’IUT de Cergy-Pontoise Sarcelles des stages en Arménie … à distance !

Nous vous tiendrons informés de cette aventure innovante, voici déjà le témoignage d’un télé-stagiaire :

Je m’appelle Kelly Darabor, je suis actuellement étudiant en deuxième année en filière Métier du Multimédia et de l’Internet plus communément connu sous le terme MMI.  Vu la situation sanitaire auquel fait face le monde, trouver un stage n’est pas une chose très facile. Je vais vous parler de comment se déroule mon stage de fin d’année en télétravail et à l’international.

Tout a commencé en septembre 2019 lorsqu’une de mes professeurs nous a parlé de la possibilité de faire un stage en Arménie; Étant quelqu’un qui aime découvrir et apprendre je me suis alors renseigné, ce qui m’emmène à la rencontre de Sasun Saugy, le secrétaire général de l’association G2IA qui m’a parlé brièvement de l’échange entre les stagiaires de France et d’Arménie, et des entreprises qui prennent des stagiaires en Arménie. 

Etant donné que je suis étudiant étranger en France, j’étais très enthousiaste de faire ce stage afin de découvrir un nouvel horizon et de voir comment on travaille dans d’autres pays. J’ai obtenu le visa cependant le covid-19 a surpris le monde entier ce qui a entraîné la fermeture de plusieurs frontières, par la même occasion a stoppé mon stage.

Le président de l’association Philippe Poux m’a contacté et a essayé de trouver une solution, soit une autre entreprise dans un domaine en relation avec ma filière, ce qui fut fait. Au final le stage se déroulera en télétravail avec la startup Cyber mantis se trouvant dans l’incubateur arménien Startdoon.

Jusqu’à présent j’ai fait une vidéo teaser, pour l’optimisation du jeu vidéo sur playstore, Je gère les réseaux sociaux instagram et facebook, et on travaille actuellement sur la refont de leur site web.

Ré-enchanter l’apéritif

chacun ses bulles

Nathalie Davoudian a su découvrir des vignerons talentueux en Champagne et propose maintenant d’allier leurs vins de façon élégante !

Que vous ayez envie d’associer Champagne avec du chocolat ou de la truffe, ces assemblages de produits VALRHONA et AIX & TERRA pourront vous transporter dans un moment épicurien (qui ne sera pas du luxe dans la situation actuelle …)

A s’offrir ou à offrir, directement sur le site ChacunSesBulles !

… et faites-nous part de vos expériences …

Patrick Devedjian, un homme exceptionnel

Nous connaissons tous la remarquable carrière de Patrick, à Antony, au parlement et en tant que ministre. 

Nous connaissons tous son audace et son courage lorsqu’il s’engageait pour défendre son histoire : celle de sa famille, celle de tous les arméniens; ce fut la défense des jeunes combattants qu’on disait terroristes, ce fut le combat de la reconnaissance du génocide. 

J’ai eu la chance de le connaitre et de travailler avec lui à partir de 2008, lorsqu’il a lancé l’appel d’offre du département des Hauts de Seine pour un projet de lutte contre la malnutrition en Arménie. J’ai eu aussi la chance de l’accompagner lors de trois voyages dans le Tavoush. 

Ce dimanche 29 Mars, à l’annonce de son décès, outre les larmes qui m’ont envahi comme beaucoup d’autres, les souvenirs, les anecdotes, les sentiments de révolte se sont bousculés dans mon esprit. 

Il était un grand homme !

Il disait que son ministère préféré avait été le ministère de la Relance : car quand la crise financière de 2008 est arrivée,  il disposait d’un budget qui permettait de débloquer des projets culturels dans toute la France (rénovations d’église, aménagements de musées , etc…) ; l’homme de culture qu’il était, y a pris tant de plaisir….! 

Il justifiait ainsi le projet du Tavoush : lui, le patron de La Défense, ce monstre de modernité, il disait qu’un pays doit avant tout nourrir sa population et que l’agriculture, le développement du monde agricole, était une priorité … pour le Cambodge, Haïti, le Bénin mais aussi pour la petit Arménie enclavée.  Et il rajoutait avec pertinence, parce qu’il s’intéressait à tout, que les projets agricoles ne pouvaient réussir que sur le très long terme et que donc le département serait là pour soutenir les 4 projets sur le très long terme. 

Quand je lui disais que le projet était difficile et qu’avec regret nous ne réussissions le programme, malgré nos efforts, qu’à 70 à 80 %, il me disait que s’il avait réussi tous ses projets en tant que Maire et Président des Hauts de Seine à ce niveau, il en aurait été ravi. 

Et ses équipes renchérissaient discrètement en nous disant qu’il était un fantastique manager et gérait le département, avec bien entendu du talent politique, mais en vrai chef d’entreprise, avec toute la rigueur possible. Ils disaient la joie qu’ils avaient à travailler avec lui dans cet état d’esprit de conquête de chaque instant. 

Et il savait naïvement s’émerveiller : lors du voyage de 2010, où nous avions restauré et allongé les canaux d’irrigation de Ditavan, au bord des larmes, il admirait avec émotion ce vieux paysan qui avec sa pioche ouvrait un sillon pour permettre à l’eau d’envahir les plants de son champ de tabac. 

Tout au long des voyages, les nouvelles idées germaient à tout moment; et pendant des années il nous a bousculé sur 2 projets que nous n’avions pas les moyens ou le temps de rajouter au programme  : 

  • à la sortie du tunnel de Dilijan, devant la beauté des forêts du Tavoush, c’était :  ” il faut planter de nouvelles espèces  régénérer les forêts et monter une scierie ! “
  • devant les étals de viande qui pendaient au marché d’Idjevan, c’était :  ” il faut apprendre aux arméniens à être de bons bouchers ! “

Lors du dernier voyage de 2018, lors du sommet de la francophonie, 2 moments particuliers me reviennent.  

Sa joie du lancement d’un projet de fouilles archéologiques soutenu par les Hauts de Seine, pour les 10 années à venir sur les hauteurs d’Idjevan : il s’agit d’un site de l’âge de bronze datant de 5 000 ans. 

Son émotion, tandis que le concert de la place de la République résonnait, lorsque l’un des 4 combattants de 1981 lui tombait dans les bras. 

Patrick Dévedjian, c’était aussi tout cela !

Le Dimanche 29 mars nous étions abattus. Nous nous sommes appelés avec les équipes des Hauts de Seine et nous sommes promis : on relèvera le défi, pour Patrick, en sa mémoire… 

Michel Pazoumian
Vice Président délégué Fonds Arménien de France
Membre fondateur du G2IA

(Crédit photo : Max Sisvalian)

Le temps des artistes un film à voir et revoir

TV5Monde a diffusé le 19 mars le magnifique documentaire écrit par Anahit Dasseux Ter Mesropian que nous avions eu le plaisir d’acceuillir lors d’un de nos dîners.

Après avoir reçu quelques prix, à New York, au Chain Film Festival, au Golden Apricot à Erevan, cette diffusion est bienvenue et vous pouvez la revoir ICI.

Il existe aujourd’hui un monde artistique arménien en France et qui s’exprime, réfléchit à son identité, son histoire, mais toujours avec ce souci d’être, dans le même temps, profondément ancré dans la culture française. Pour témoigner de cette richesse culturelle, ce film documentaire a pour ambition de raconter ce lien et sa transmission, en mettant en valeur la force créatrice des artistes d’origine arménienne à travers les générations.

Retrouvez les témoignages de :

  • Robert Guédiguian et Ariane Ascaride et leur fille Mado;
  • Serge Avédikian et de ses deux fils, Tigrane et Hovnatan, réalisateur et acteur;
  • Simon Abkarian et sa femme Catherine Schaub et leur fils Djivan, musicien;
  • Macha Gharibian, pianiste et son père Dan, du groupe Bratch/Papiers d’Arménie;
  • Atom Égoyan et Arsinée Khandjian;
  • Claude Tchamitchian, contrebassiste;
  • Et enfin, de manière exceptionnelle, la présence du grand cinéaste Artavazd Péléchian.

La Bande annonce

Forbes parle des Startups arméniennes

Une journaliste de ForbesSweta Patel, s’est rendue en Arménie en octobre pour le congrès WCIT et elle a découvert à quel point le pays était dynamique. Son article mérite la lecture et nous partageons son point de vue sur l’apprentissage du Code et des échecs …

Sa conclusion : “Dans l’ensemble, l’expérience arménienne est quelque chose que je referais. Cela a totalement changé mon point de vue sur la scène technologique de la Silicon Valley, et j’ai appris beaucoup de choses qui seraient bénéfiques aux entrepreneurs