Dîner UFAR du 13 février 2017

Le diner conférence  mensuel du G2iA était consacré au rendez vous annuel du groupement avec  l’Université Française en Arménie et la ville de Sarcelles.

L’année des 15 ans de l’UFAR et de 10 ans d’expérience d’accueil des stagiaires licence, le dîner conférence était honoré par la présence de SEM Henry Cuny l’ancien ambassadeur de France en Arménie et son épouse ainsi que Mr Jean-Marc Lavest, recteur de l’UFAR.

Les stagiaires de l’UFAR étaient présents avec leurs tuteurs des services de la ville de Sarcelles pour partager leur expérience avec nombreux participants du diner conférence.

Monsieur Cuny a évoqué dans un premier temps la vision qu’il a souhaité et mis en place pour que les jeunes arméniens aient les mêmes chances de réussite et d’insertion dans leurs pays que ses enfants en France qui préparaient les grandes écoles. Cette vision, s’est mise en place durant quatre années de mobilisation, persévérence et combat contre les préjugés pour disposer d’un outils, l’UFAR, qui est aujourd’hui la plus grande réussite de la diplomatie Française en Arménie.

Les standards de sélections des étudiants à l’entrée, la rigueur des examens, ont permis très vite et encore aujourd’hui aux étudiants d’être primés dans des concours inter universitaire, national et international. Les anciens élèves, trentenaires aujourd’hui, commencent à accéder aux plus hautes fonctions de l’état, et ce processus se poursuit aujourd’hui après 15 ans d’existence de l’UFAR.  Bien sur, il y a eu et il peut y avoir ici ou là des tentatives d’influence pour disposer de passe droits, privilèges pour un fils ou un neveu de la part de personnalités locales, mais l’organisation en place et la répartition des fonctions au sein de l’institution ou le recteur et le secrétaire général sont nommés par la partie Française, évite ces dérives et garantit le respect du standard exigé de la part des universités françaises en général et de Lyon 3 en particulier.

Après cette intervention rétrospective, Monsieur Jean Marc Lavest a présenté le présent et avenir de l’université dans le cadre régional du Caucase.

Tout d’abord, et puisque le dîner était organisé autour des stagiaires de la ville de Sarcelles, Monsieur Lavest a souligné que les stages sont passés en 2017 de 4  à 7 semaines, ce qui laisse aux organismes d’accueil et aux stagiaires d’avoir un temps suffisant pour développer une action réellement utile, allant plus loin qu’un stage de type découverte avec l’ancien format sur 4 semaines. Ensuite, Il a annoncé qu’à coté des filières commerce, gestion, droit international et banque, une nouvelle filière mathématique appliquée à l’informatique et actuariat allait être lancée dès la rentrée 2017. Enfin il a annoncé que les accords qui liaient la France et l’Arménie  pour l’UFAR allaient être renouvelés à l’occasion de la visite officielle du président de la République d’Arménie Mr Sarkissian en France début Mars. Ces accords doivent permettre entre autres d’affirmer davantage le rayonnement régional de l’UFAR dans le Caucase, ou des étudiants iraniens et Russes ont commencé à s’inscrire en nombre.

Le G2iA espère que ces perspectives seront accomplies avec le même niveau d’exigence d’équité et d’excellence que celui qui a guidé l’UFAR durant ses 15 premières années.

Jacques Bahry, président du G2iA,  a salué Mr & Mme Cuny ainsi que M Lavest qui nous faisaient l’honneur d’être présent ce soir, et a fait part de ses sincères remerciements à la Ville de Sarcelles , notamment Monsieur le député maire François Pupponi qui soutient ce projet d’accueil des stagiaires à travers le G2iA, grâce à l’implication de M Khatchikian ancien conseiller municipal de la ville sans qui ce projet n’aurait pas existé depuis 2011.  Il a rappelé l’investissement du groupement depuis maintenant 10 ans pour l’accueil des stagiaires en région parisienne et sa conviction  sur le rôle d’ambassadeurs de de l’économie arménienne pour la coopération avec la France et les ressources qu’ ils représentent pour le développement des PME Françaises dans la région du Caucase, de l’Iran et des pays de l’union douanière créée par la Russie.

Ensuite Virginie Dilanyan, directrice du service culturel, a présenté son service et présenté les actions menées par Serzh Abrahamian.

Aurélie Albot, directrice du service de l’enfance a présenté les missions confiées à Yevgenya Danielyan.

Enfin, Philippe Poux, directeur général de la société Contextor, spécialisé dans l’automatisation et la robotisation de processus d’entreprises a souligné le profils particulièrement entreprenant et innovant des étudiants de l’UFAR en général et de Samvel Gharibian en particulier en stage dans son entreprise.

A chaque fois, Monsieur le recteur a insisté sur l’importance de cette expérience, qui même si elle a lieu dans des collectivités territoriales, ne sont pas moins des organisations gérant des ressources humaines et financières  très conséquentes. Le rôle de services culturels ou de l’enfance, dans des villes de 70 000 habitants,  regroupant des dizaines de communautés pour donner accès à une  culture, éducation, la santé de qualité permettant une intégration harmonieuse est une élément central dans la vie des citoyens et une expérience enrichissante pour les heureux bénéficiaires de ces stages.

Rendez vous est déjà pris pour poursuivre cette coopération en 2018.

L’émergence d’une nouvelle forme d’outils intelligents

Un dîner-débat animé par Philippe Poux, Directeur Général de Contextor.

L’émergence de technologies intelligentes commence à envahir tous les domaines et suscitent des craintes … un tour d’horizon s’impose. 

Venez partager nos réflexions autour des questions suivantes :

  • Quels sont les facteurs qui expliquent cette accélération ?
  • Quels seront les impacts sur le travail et les enjeux pour le management ?
  • Comment les entreprises vont modifier leur processus ?

Restaurant du Sénat, 15 ter rue de Vaugirard – Paris 6ème le 16 janvier  à 19h30

Economie numérique avec Lionel Hovsepian

Economie Numérique :

Accélérer la croissance des jeunes pousses avec des investisseurs – incubateurs

avec Lionel Hovsepian VP Business développement Europe de Wesley Clover

Après un parcours de 30 ans dans des grandes entreprises du secteur des TIC Lionel Hovsepian il dirige depuis bientôt 3 ans la zone Europe de l’investisseur canadien en tant que Vice président chargé du développement.  Il présentera son expérience sur  le business model et les opportunités que ce modèle peut initier avec des exemples pratiques de projets de de produits lancés depuis deux ans.

Wesley Clover (http://www.wesleyclover.com/technology/) est un  investisseur – incubateur dans le domaine du Numérique qui a mis en place un modèle original de développement caractérisé par a un véritable succès en tant qu’investisseur et développeur d’entreprises dans le domaine des TIC.

Sir Terence Matthews est le fondateur et le Chairman de Wesley Clover International. Depuis 1972, Terry a créé plus de 120 entreprises incluant Mitel et Newbridge Networks.

A ce jour, Wesley Clover a des intérêts dans un grand nombre d’entreprises du secteur des TIC.

Wesley Clover focalise ses investissements dans les applications SaaS, la prochaine génération du Cloud, les services, le matériel pour les communications fixe et mobile, la collaboration vidéo, l’engagement et la relation clients, l’analytique et plus. 

L’expérience et le modèle unique d’incubation des start-ups font de Wesley Clover une entreprise efficace à créer des entreprises qui réussissent.

Wesley Clover a des partenariats privés et publics pour établir des Incubateurs et Accélérateurs de part le monde. Ces projets s’appellent Alacrité.

Alacrité est largement symbolisé par son nom : L’alacrité est un état de vigueur et de vitalité corporelle, mêlé de bonne humeur et d’entrain, une vivacité s’accompagnant d’une facilité à s’exprimer ou à accomplir un travail avec un zèle empressé. On ne saurait mieux définir l’esprit qui règne dans les entreprises que crée Sir Terry Matthews depuis quatre décennies, entreprises marquées par l’agilité et le dynamisme.

Alacrité est un accélérateur de jeunes pousses créées à partir de zéro : Celles-ci sont constituées à partir de la rencontre de besoins de marché, d’intentions de commandes, d’idées et d’équipes co-localisées. Les idées et les équipes sont sélectionnées de manière pragmatique, selon des pratiques originales et éprouvées.  Entourées d’acteurs expérimentés et généreux de leur temps et de leurs conseils, conseillers, mentors et experts, les jeunes pousses sont placées dans des conditions stimulantes : elles n’ont pas à courir derrière l’argent, elles peuvent compter sur le concours de nombreux intervenants pour tester leurs idées, la viabilité, la pérennité, la logique économique, mais d’abord et surtout le caractère vendable de leurs solutions. La mise sur le marché est en effet le critère primordial des projets d’entreprises sélectionnés, suivie de la solidité et de la ténacité de l’équipe..Restaurant du Sénat, 15 ter rue de Vaugirard – Paris 6ème avec pour première date : le 8 juin  à 20h

Silicon Valley en Arménie ?

Le développement impressionnant des compétences faisant appel aux nouvelles technologies de l’information. L’exemple du concept conçu par les centres TUMO qui s’implantent dans différentes régions d’Arménie. L’expertise indiscutable des jeunes techniciens arméniens suscitant l’intérêt et les sollicitations des sociétés étrangères qui s’installent en Arménie.

Une émission de la radio AYP FM, animé par Hasmig Papazian

En studio :

  • Armen Mnatsakanian,Directeur de Web-ISI
  • Philippe Poux, Directeur général de Contextor

Au téléphone :

  • Marie Lou Papazian, Directrice des centres TUMO d Arménie
  • Aramazd Abedi, directeur de la société Damaris
  • Hovel Chnorokian, fondateur de Hexagone

On en parle dans l’émission :

La vidéo des montres MOOG

L’application Zangi qui permet de téléphoner en vidéo sur mobile

L’application Hishel qui fédère les arméniens autour du globe

Mais aussi l’application AYPfm ( Apple IOS ou Android )qui vous permet d’écouter la radio sur votre smartphone

Communication et influence, une conférence captivante

Mardi 6 octobre, dans le magnifique cadre du restaurant du Sénat, se déroulait la conférence-dîner animée par Jean François Bianchi, expert en influence et professeur à l’2cole de Guerre Economique.

Jean François Bourreau en pleine présentation

Le moins que l’on puisse dire est qu’il a captivé son auditoire et suscité quelques débats animés. Les sujets abordés méritent que nous approfondissions nos réflexions.

Dîner débat avec l’OIM

Organisation Internationale pour les Migrations – Le G2iA – Le conseil régional île de France

Proposent de découvrir dans un dîner-débat exceptionnel, le programme de l’OIM(*)

Retour temporaire des Arméniens hautement qualifiés

Le mardi 20 mai 2015
Au yan’s club , 5 avenue reille, 75014 paris

En présence de :

  • Mme Leila Bougrine, Project officer, Labour Migration and Human Development au sein de l’IOM Pays-Bas.
  • Mr Stanislas Hubert, chargé de mission Unité des affaires internationales et européennes au conseil régional ile de France
  • Mr Jacques Bahry, vice président du G2iA chargé des questions de formation, ancien délégué général du CESi

La soirée sera l’occasion de mieux connaitre le programme de l’OIM, les besoins de profils d’intervenants en Arménie, les détails pratiques relatifs aux affectations de volontaires arméniens hautement qualifiés (éligibilité, durée des affectations 1 à 3 mois, indemnités et contenu des missions).

Inscription obligatoire (voir formulaire ci-dessous)
Particpation aux frais et au dîner 35 €
(*) www.iom.int

Communiqué de l’OIM

L’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) a lancé le projet « Retour Temporaire des Nationaux Qualifiés » (TRQN), financé par le Ministère néerlandais des Affaires étrangères. Dans le cadre de ce projet, les ressortissants arméniens hautement qualifiés et résidant en France ou tout autre Etat membre de l’Union européenne (UE) pourront avoir l’opportunité de travailler temporairement en Arménie et de partager leur expérience avec les collègues des organisations les accueillant.
Sur toute la durée du projet (2013-2015), 45 affectations de ressortissants arméniens hautement qualifiés seront facilitées depuis l’Europe, à des fins d’échanges d’expérience avec les organisations hôtes en République d’Arménie.
La soirée sera l’occasion de mieux connaitre le programme de l OIM, les besoins de profils d’intervenants en Arménie, les détails pratiques relatifs aux affectations de volontaires arméniens hautement qualifiés (éligibilité, durée des affectations 1 à 3 mois, indemnités et contenu des missions). Elle permettra aussi de découvrir les besoins identifiés en Arménie et les synergies potentielles avec le programme du G2iA et le conseil régional afin d’optimiser ces engagements.
L’OIM espère que ces affectations permettront non seulement aux organisations arméniennes de se familiariser avec les pratiques et méthodes des pays de l’Union européenne, mais qu’elles créeront également de nouvelles opportunités de tisser des liens étroits entre les organisations arméniennes et les organisations des pays de l’UE. De plus, ces affectations peuvent également avoir un rôle moteur dans la création de liens commerciaux entre la Diaspora arménienne et son pays d’origine.
Le G2iA est heureux et fier de voir une grande organisation comme l’OIM rejoindre sa démarche entreprise depuis 20 ans en Arménie, soutenue par le Conseil Régional Île de France depuis 2 ans. Cecile Gul, expliquera en quoi le G2iA et son expérience acquise en Arménie dans le domaine de la formation, positionne l’association qu’elle préside comme un point central des échanges de développement entre la France et l’Arménie.
La région Île de France soutient le G2iA dans le cadre de sa politique de coopération internationale. Le G2iA a su convaincre et mobiliser le Conseil Régional Île-de-France pour soutenir ce type de projets dans le cadre de l’accord de coopération qui lie la Région à la Mairie d’Erevan depuis 2012. Le rôle du conseil régional est majeur, dans la mesure où sans son soutien, la pérennité de cette approche serait remise en cause.

Révolution Numérique : menace ou opportunité ?

La révolution numérique transforme profondément les sociétés et nous faisons face à une situation inédite dans l’histoire de l’humanité par son ampleur et sa vitesse.

Révolution internet ? Non, car ce n’est pas seulement le réseau mais bien tout notre environnement qui a changé. La révolution industrielle ce fut la machine, l’automate simple. Maintenant nous avons l’automate complexe, communiquant et intelligent. Il bouleverse les habitudes, les méthodes et les règles, en créant bien des appréhensions et des craintes.

TABLE RONDE

Robert Vassoyan, Nicolas Arpagian et Philippe Poux

Ce n’est pas juste une évolution mais une révolution qui concerne tous les métiers. Il convient de s’y préparer et non de la combattre, avec ce qu’elle apporte en opportunités et avec ses propres méthodes. Echange, co-création, participation … et comment fédérer les énergies autour d’une communauté de réflexion et d’action. Profitons de nos jeunes Y pour mettre en place les outils de notre modernité.

Biographie des intervenants

Diplômé de l’Essec, Robert Vassoyan a débuté sa carrière chez Renault en 1990 avant de rejoindre Compaq France où il occupe plusieurs fonctions dont celles de Directeur Marketing et Directeur des ventes PME. En 2002 il devient Directeur de la division des serveurs chez HP France puis prend une fonction internationale à la tête des alliances pour HP EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique).
Robert Vassoyan a rejoint Cisco France en 2007 en tant que Directeur commercial en charge des PME-PMI et membre du Comité de direction, avant d’être promu en 2008 Directeur général en charge des Grands comptes (marché Enterprise) avant de prendre la Direction générale de Cisco France en 2011.

Nicolas ARPAGIAN, Rédacteur en chef de la revue Prospective stratégique est coordonnateur d’enseignements à l’INHESJ, institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (www.inhesj.fr) Expert reconnu et chroniqueur dans le domaine de la cyber criminalité, Nicolas Arpagian est l’auteur ou un contributeur actif à de nombreux ouvrages comme « Sécurité privée, Enjeu public » éditions Armand Colin, « La Cybersécurité » publié dans la collection « Que Sais-Je ? » , L’Etat, la Peur et le Citoyen : Du sentiment d’insécurité à la marchandisation des risques » Préface d’Alain Bauer, professeur au Conservatoire National des Arts et Métiers et Manuel Valls, premier ministre, Editions Vuibert, « La cyberguerre : La guerre numérique a commencé » Cet ouvrage a été récompensé par une « Mention Spéciale du Jury » lors de l’Edition 2010 du Prix littéraire de la Gendarmerie Nationale, éditions Vuibert.
http://www.arpagian.net/

Philippe Poux voue une véritable passion pour les nouvelles technologies et leur impact. Directeur Général chez Contextor, éditeur de logiciel qui aide de nombreuses entreprises à enrichir leur expérience client sans se focaliser sur la complexité informatique, et membre du conseil d’administration de Turba. Membre du Forum Atena, professeur à l’ECE, Philippe Poux a fondé VocalExpo, le premier événement majeur sur les technologies de la parole et MobilePaymentExpo, sur les nouvelles voies de transaction.
En 2012, il a publié « Ils ont pensé le futur : web social, marketing, e-commerce » chez Kawa éditions

Rencontre avec Jean-Jacques Montois, Recteur de l’Université Française en Arménie (UFAR)

Rencontre avec Jean-Jacques Montois, Recteur de l’Université Française en Arménie (UFAR) en présence des étudiants en licence venus effectuer leurs stages dans la ville de Sarcelles en présence des élus.

La rencontre sera l’occasion de faire  le point des projets de l’association avec ses différents partenaires.

Nous vous attendons nombreux !

Mardi 15 Avril 2014, à 20 heures

Yan’s Club, 5 avenue Reille 75014

Participation aux frais du dîner : 35 €

Inscription obligatoire

Olivier Markarian et le marché du Bio

Notre premier invité d’honneur sera :

Olivier Markarian

Directeur Général de la société Markal

Acteur majeur du secteur des céréales biologiques. Cette rencontre donnera l’occasion à Olivier de présenter la success story de la société qu’il dirige et au delà de cette expérience, les enjeux que représentent aujourd’hui le marché du Bio.

Nous vous attendons nombreux pour cette soirée, au Yan’s club, 5 avenue Reille 75014 Paris

Participation : 35€

Internet, un champ de bataille à part entière ?

le Mardi 16 Avril 2013 à 20h00
Yan’s Club, 5 Avenue Reille, 75014 Paris

La dépendance grandissante de pans entiers de nos existences (données médicales ou bancaires), de nos modes de production (informatique d’entreprise ou équipements industriels) et de notre défense (numérisation de l’espace de bataille) à l’égard des systèmes informatiques fait de la cybersécurité une nécessité vitale. D’autant que dans ce nouveau théâtre d’ombres, le principe de la guerre asymétrique est consacré : des États peuvent être attaqués par des militants isolés, des particuliers mis en cause par d’autres personnes privées, des entreprises devenir la cible de compétiteurs indélicats, etc. C’est en sachant ce que l’on risque de perdre sur la Toile que l’on peut entreprendre de sécuriser nos données sensibles. On doit alors s’interroger sur le juste équilibre entre une politique de surveillance très aboutie, et un droit à l’intégrité de son « patrimoine numérique ».

A propos du conférencier

Nicolas Arpagian est rédacteur en chef de la revue Prospective stratégique. Coordonnateur d’enseignements à l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ), il y dirige le cycle « Sécurité numérique ». Il a notamment publié L’État, la Peur et le Citoyen (Vuibert, 2010) et La cyberguerre (Vuibert, 2009). Son ouvrage intitulé « La cybersécurité » édité par « PUF », collection « Que Sais-je ? » traite du sujet de la conférence.Date: Mardi, 16 Avril, 2013 – 20:00 – 22:45